“Vie” 2011 (150×100 cm)


Imagem

Par ce chemin, à cru je me suis nourri, sans être homme ou femme.

J’ai vécu des émotions sans le vouloir, souffrant et jovial … j’ai grandi!

Et du tas des expériences sentis, j’ai compris

que, dans mon cœur se sont augmentés des forces que je n’ai pas besoin d’expliquer.

Je les sens comme des pores colorés de bonheur qu’exhalent la sainteté d’être, d’exister.

Là je me vois moi-même, par des mots bibliques, où la souffrance n’est pas quelque chose vaine et digne de reniement.

Là c’est moi, avec cette force que c’est mon image, la vôtre, celle de tout le monde.

J’envisage cette force, où je réagis aux actions vécues, vues et provoquées, pour ce qui est à moi.

Savoir souffrir, c’est vivre la joie de sentir que je suis vivant, que j’aide les autres à vivre.

Je ne veux pas mes pas cachés par la modestie ou la commisération,

parce que le partage du mouvement et de la couleur c’est quelque chose qui n’est pas à moi,

puisque je suis partie d’un tout qui fait partie de moi aussi.

Je regarde en haut et pas en bas,

Parce que je sens qu’il me révèle  une lumière de couleurs chaudes qui me soulève et me fait flotter venue du néant.

de la poussière, de l’eau, de l’air et du feu.

Et cette fascination d’exister, quelque chose d’autre dans me parcourt en furies d’énergie qui déborde et se répand.

Je sens les couleurs partout dans mon être et je sens tout le mouvement qui me pousse.

Cette vie est celle qui construit et détruit, en renouvelant, pour, encore une fois, reconstruire plus forte, plus consciente, plus pure.

Je crois que je reviens en forme de semence, plus fort et plus robuste, par un chemin qui se transforme en fruit et nourrit ceux qui m’entourent.

J’ai vécu flou pendant longtemps, en valorisant les créances et les forces que je ne comprenais pas vivre chez moi.

Pour quoi veut-on être ce que on aimerait, quand en regardant à notre intérieur, on l’est déjà et on l’a été toujours?

Je parle le langage des émotions, parce que cela semble être pur et non pas susceptible d’être trompé.

Je sens que tu sens, des mots simples qui ne traduisent pas l’ampleur donnée aux lettres pour montrer les émotions.

Sens ce que je sens, émotionne-toi avec moi et laisse-toi prendre, sans craintes ou souhaits.

Lève-toi les mains et vole-toi à l’appui de la Vie.

 

http://www.youtube.com/watch?v=aYNB1JH_AcI&list=UUMZ7Epj0Mf5C9TV4C_h0v5w&index=0&feature=plcp

Deixe um comentário

Filed under Exposições

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s